Université Stendhal MSH-alpes : Maison des Sciences de l'Homme CNRS

Spectacles 2004

Troie

de Wolfgang Petersen
(Troy). Américain (2h35). Réalisation : Wolfgang Petersen. Scénario : David Banioff. Avec : Brad Pitt (Achille), Eric Bana (Hector), Orlando Bloom (Paris), Brian Cox (Agamemnon), Peter O'Toole (Priam), Diane Kruger (Hélène).

L'Iliade selon Wolfgang Petersen et Hollywood. Quand l'antique fait toc...
L'épopée antique refait surface, avec ses toges aux imprimés approximatifs et ses tirades ampoulées sur le sort d'une humanité dont on connaît l'histoire par coeur. Rien de nouveau sous le soleil de cette Grèce-là. C'est la même vision que dans les films en Technicolor qu'on apprécie aujourd'hui au second degré. Pâris, joli cœur, embarque Hélène à Troie, et le roi Ménélas, cocufié, va s'en offusquer auprès de son frère Agamemnon, qui en profite pour commencer la guerre. Ces barbus courroucés vont chercher Achille, qui s'amusait avec son glaive, mais doit faire face à son destin... On rame vers Troie et il est difficile de dire ce que Wolfgang Petersen cherche à prouver dans cette galère.
Par les temps qui courent, on craint le pire. Le retour en grâce du péplum dans les studios hollywoodiens servirait-il à requinquer la foi dans la politique extérieure américaine ? Oui et non. Si le film prend plutôt le parti de l'agressé - les Troyens, il flatte tout de même dans les grandes largeurs un instinct guerrier fondé sur la défense de la patrie et la loi du talion. Le réalisateur semble se réveiller à mi-parcours. Le temps d'un combat entre Pâris et Ménélas. Délesté d'une musique souvent pénible et de ses trucages grandiloquents, le film fait enfin exister un peu les personnages.
Achille, surtout, et avec lui son interprète, Brad Pitt. Petersen, semblant retrouver ses origines allemandes, en fait son Siegfried. Un héros assez mélancolique, dont la blondeur paraît soudain germanique, flanqué d'un cousin tout ce qu'il y a de germain (lui aussi pourrait jouer dans les Niebeiungen). Par cette rêverie détournée, Troie ravive fugacement la magie des univers légendaires. Mais la chute de la ville, et le coup du cheval, passent trop vite du côté de la ruine philosophique : les hommes détruisent tout ce qu'ils font de grand. Of course. Au lieu de cette morale bon marché, on aurait simplement aimé croire un peu plus à ce qui était raconté.
Frédéric Strauss
(Source : Télérama, n° 2836, du 22 au 28 mai, p. 52).

L'Odyssée de Homère

Mardi 25 et mercredi 26 mai au Prisme à Seyssinet. Adaptation et mise en scène Nicole Vautier.

Renseignements et réservations : http://www.hymneauxsens.org - tél 04 76 49 09 64

L'Odyssée fait partie de la mémoire collective. Ce poème épique, véritable voyage initiatique parle de notre condition d'être humain pris dans la tornade de la vie, de ses richesses, de ses cruautés, de ses violences et de ses merveilles. Qui d'entre nous n'a jamais été tenté de suivre le chant des sirènes ? Qui n'a jamais été métamorphosé au contact de quelqu'un ? Qui n'a jamais souhaité revenir au pays de son enfance et de sa jeunesse alors que la vie l'a déporté ailleurs?
Un état de grâce mène l'acteur à être... personne. Personne, nom que se donne Ulysse face au Cyclope; Personne, essence même du théâtre, quête de l'identité, personnage sur la grande scène du monde, et sur le plateau du théâtre. Le voyage d'Ulysse c'est cela : aller en quête de soi-même en restant à l'écoute du monde qui nous entoure. Bon voyage

Festival de Théâtre antique en V.O.

Mardi 30 mars
L'Odyssée d'Homère
par le Théâtre du Lac (Lyon),
spectacle en français, traduction de Philippe Jaccottet.
Un comédien et un musicien conteur revisitent l'œuvre sans doute la plus connue de toute la littérature antique en alliant le rythme des percussions africaines aux vers homériques.
Salle Jean de Ockeghem - 20h30

Mercredi 31 mars
Les Perses d'Eschyle
réalisation Jean Prat (ORTF).
La première tragédie grecque conservée, filmée et mise en scène par Jean Prat sur une musique de JeanProdromidès, pour la première diffusion stéréophonique de l'ORTF le 31 octobre 1960
Salle Thélème - 20h30

Jeudi 1 avril
Circé d'après Homère
du Cycle des Métamorphoses de Dionysos
par le Théâtre Démodocos (Paris - Tours - Rouen),
spectacle en grec ancien et en français.
Le passage d'Ulysse chez la magicienne Circé. Une approche satyrique de l'épopée avec le plaisir d'un vers rythmé en grec comme en français.
Salle Jean de Ockeghem - 20h30
Dieu(x) n 'existe(nt) plus
création par Claudius et lokanaan (Tours).
Chanson française contemporaine (piano et chant) sur projection d'images tirées de l'antique. Souvent drôles, parfois plus graves mais toujours subtiles et tendres. Deux artistes à découvrir.
Salle Jean de Ockeghem -16h et 22h30

Vendredi 2 avril
Les Grenouilles d'Aristophane
par le Théâtre Démodocos,
spectacle en français et en grec ancien.
La création contemporaine ne le satisfaisant plus, Dionysos descend aux enfers pour y trouver un bon poète. Le texte d'Aristophane dans une traduction réectualisée de Sylvie Brunet et avec des fragments de Beckett sur une musique de Stéphane Vilar.
Salle Thélème - 20h30
Chanson Orientale
par le groupe Maya Dagi (Tours).
Chants traditionnels d'Afrique du Nord, de Turquie et d'Orient par 4 musiciens et une chanteuse.
Bar El Barrio de la Quinta Luna - 22h30

Samedi 3 avril
Conférence : La mise en scène du théâtre antique aujourd'hui.
Avec la participation des metteurs en scènes du GTA Neuchâtel, du Groupe Thiasos, de la Compagnie Hadrien 2000 et du Théâtre Démodocos.
Université F. Rabelais - 10h00
Los Trachiniennes de Sophocle
par Thiasos, théâtre universitaire de Coimbra (Portugal),
spectacle en grec ancien et en portugais.
ATrachis en Thessalie, Déjanire attend le retour de son époux Héraclès dont elle a appris l'infidélité. JaIouse, celle-ci offre la tunique empoisonnée du centaure Nessus au demi-dieu afin de se venger de ce mari adultère.
Salle Thélème - 20h30

Dimanche 4 avril
Et tu garderas les portes de Mycènes
Création par la compagnie Hadrien 2000 (Vaison-la-Romaine),
spectacle en français, création d'Annie Bastide.
Electre convie sa soeur Iphigénie, perdue de vue après son miraculeux sauvetage, à une fête de famille à Mycènes afin de nouer avec elle une alliance qui renversera les usurpateurs.
Le rideau s'ouvre sur les affrontements entre ces femmes, de mère à filles et de sour à sour, sur une scène d'où les hommes sont provisoirement absents.
Avec en première partie : Thésée ou les jeunes gens de Bacchylide par le GTA Neuchâtel (Suisse).
Dithyrambe en français avec danses et chants.
Salle Thélème - 18h00

Programme du Théâtre Démodocos

au Théâtre du Nord Ouest

jeudi 8 avril, 19h
samedi 10 avril, 20h30
dimanche 11 avril, 17h
vendredi 16 avril, 19h
samedi 17 avril, 19h
dimanche 18 avril, 12h30
jeudi 29 avril, 20h30
vendredi 30 avril, 20h30
jeudi 6 mai, 19h
samedi 8 mai, 12h30
et à 20h45
jeudi 13 mai, 19h
samedi 15 mai, 17h
jeudi 20 mai, 19h
et à 20h45
samedi 22 mai, 12h30
et à 17h
dimanche 23 mai, 12h30
et à 17h
samedi 29 mai, 12h30
vendredi 4 juin, 20h45
samedi 5 juin, 12h30
et à 17h
samedi 12 juin, 12h30
et à 20h45
vendredi 18 juin, 19h
samedi 19 juin, 20h45
Les Errances d'Ulysse
Les Perses
Les Grenouilles
Les Errances d'Ulysse
Les Errances d'Ulysse
Les Errances d'Ulysse
Les Grenouilles (à Orsay, université)
Les Perses
Les Grenouilles
Les Errances d'Ulysse
Les Perses
Les Grenouilles
Les Perses
Les Grenouilles
Les Perses
Les Errances d'Ulysse
Les Grenouilles
Les Grenouilles
Les Perses
Les Grenouilles
Les Perses
Les Errances d'Ulysse
Les Grenouilles
Les Grenouilles
Les Perses
Les Perses
Les Grenouilles
Le programme est disponible sur le site internet http://cpta.free.fr Et chaque semaine, sur notre répondeur téléphonique (01 45 26 49 10) ou sur celui du Nord Ouest pour l'ensemble de la programmation (01 47 70 32 75).

Les Grenouilles

Le Théâtre Démodocos présente au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne (45 rue des Ecoles - 75 005 Paris) Les Grenouilles d'Aristophane mise en scène : Philippe Brunet.
Dimanche 14 mars à 20h30

Tarifs : 8 (réd. 5 euros),
Renseignements :
tel : 01 45 26 49 10
http://www.demodocos.com

Hommage à Pierre Fortassier (1920 - 1998)

Le Théâtre Démodocos présente dans le cadre du Printemps des Poètes 2004 université de la Sorbonne, amphithéâtre Richelieu

Récital :
Offrandes aux Muses
Les errances d'Ulysse :
Ulysse aux Enfers ou Cassandre
par le théâtre Démodokos,
en présence de Madame Fortassier

Vendredi 12 mars à 21h

Nouveauté

Vous pouvez visiter le journal d'actualités : http://homerica.msh-alpes/wordpress

Site hébergé par http://www.msh-alpes.fr - @homerica - Evolution du site par l'Association Champollion (2011) - Affichage adapté sous Firefox 4