Université Stendhal MSH-alpes : Maison des Sciences de l'Homme CNRS

Coupe attique


Paris, Louvre G 153 ©
RMN, cliché H. Lewandowski
Cliquer sur l'image pour l'aggrandir
Coupe attique à figures rouges (médaillon). Vers 490 av. J.-C. Signée par Hieron (potier). Attribuée au peintre Makron.

Description, identification et texte de référence

Bien en vue au centre du médaillon, ce très jeune homme est dessiné dans la position traditionnelle du " banquet couché ", dans lequel les convives sont installés, à demi allongés, sur des lits de banquet ; près d'eux une table basse met à leur disposition des pains, des gâteaux, des viandes. Des objets suspendus au mur indiquent la position sociale ou les occupations de ces hommes rassemblés pour le banquet proprement dit et pour le symposion qui suivra.
Il n'est donc pas surprenant de voir ici notre jeune homme qui tenait peut-être (cassure à ce niveau) dans la main gauche une tranche de grillade, et, dans la main droite, un coutelas pour la trancher. Au-dessus de lui, un grand bouclier rond le désigne comme un hoplite. Image plutôt banale. Et pourtant !...


Vienne, Kunsthist. Mus. 3710. Ici d'après FR pl. 84 Cliché EFA Athènes
1°) Dans la réalité, un banquet (ou un symposion) réunit toujours plusieurs compagnons. Sur les images, l'idée de convivialité est, le plus souvent, suggérée par la présence d'au moins deux personnes. Ici, un seul convive... et deux personnes!
2°) Mais la deuxième personne est un cadavre, qui gît à terre, ligoté et coincé sous les meubles.
3°) Il est habituel que les boucliers ronds soient représentés avec des épisèmes. Ici, le bouclier, représenté partiellement, porte, en épisème, bien visible, un gorgoneion, c'est à dire le visage de la Gorgone Méduse. Or il s'agit là du motif le plus souvent utilisé, dans l'art, pour le bouclier d'Achille.

Vienne, Kunsthist. Mus. 3710. Ici d'après FR pl. 84 Cliché EFA Athènes
Alors, Achille ? L'adversaire par excellence d'Hector ? La lutte, à mort, entre les deux héros est superbement décrite dans le chant XXII de L'Iliade. Par la suite, Achille ramène au camp des Grecs le cadavre outragé de son ennemi. Enfin, Priam va supplier Achille de lui rendre, contre rançon, le corps de son fils (Iliade, XXIV).
Et pourtant, en dehors du fait que le héros grec est occupé à son repas lorsque Priam vient à lui, la description homérique ne suggère nullement une disposition des protagonistes semblable à celle de notre médaillon.
Mais l'identification de notre scène repose aussi sur une comparaison avec un grand nombre d'autres documents. En effet, la démarche de Priam auprès d'Achille a connu un large succès dans l'imagerie grecque et romaine, selon des schémas typologiques bien établis mais fort différents selon les époques et les ateliers.
En Attique, aux VIème et début du Vème siècle av. J.C., les peintres de vases ont adopté une mise en scène originale, très éloignée du texte homérique ; ils ont systématiquement allongé le cadavre du héros troyen sous le lit de banquet de son vainqueur grec, et dans le même sens que lui, comme on peut le voir sur le vase de Vienne présenté ci-dessous.

Vienne, Kunsthist. Mus. 3710. Ici d'après FR pl. 84 Cliché EFA Athènes

Suggestions de commentaire

Pour l'analyse du schéma traditionnel représenté par le skyphos de Vienne, voir " L'humiliation d'Hector ", in Autour de l'image, Mètis, 5, 1990 (paru en 1993), 157-165. Rompant avec cette tradition, le peintre du médaillon propose une disposition des personnages originale et unique ; les deux adversaires sont placés dans un face à face d'une ironie tragique, et le coutelas d'Achille, de vaisselle de table devient le symbole d'une vengeance inexpiable.

Bibliographie

Beazley, ARV 2 460, n°14 LIMC, s.v. Achilleus 658*; Hektor, 83 sqq.

Nouveauté

Vous pouvez visiter le journal d'actualités : http://homerica.msh-alpes/wordpress

Site hébergé par http://www.msh-alpes.fr - @homerica - Evolution du site par l'Association Champollion (2011) - Affichage adapté sous Firefox 4