Université Stendhal MSH-alpes : Maison des Sciences de l'Homme CNRS

Lexique

aryballe : petit vase pour les soins du corps (huile, parfum) aisément transportable à l'aide d'un cordon.

champ : ce mot est utilisé au sens figuré pour désigner l'espace dans lequel se deploie la scène figurée.

chlamyde : cape courte, drapée, fermée par une fibule au niveau d'une épaule.

cithare : instrument de musique, à cordes, avec une grande caisse de résonance.

coupe : sert à boire ; plusieurs formes possibles, large embouchure.

cratère : vase de grande dimension dans lequel se fait le mélange du vin et de l'eau.

dextéralité : en Attique, pendant quelques générations seulement, les peintres de vases ont représenté l'affrontement de deux combattants (humain/humain, humain/animal) en plaçant sur la gauche de l'image celui qui avait l'avantage et serait le vainqueur. Les archéologues ont remarqué cette disposition conventionnelle et l'ont appelée "principe de dextéralité".

épisème : motif emblématique décorant l'extérieur d'un bouclier.

himation : pièce de tissu, servant de vêtement de dessus, et qui peut être drapée de différentes façons, recouvrant ou non la tête.

hoplite : soldat-citoyen des armées grecques, portant le bouclier rond (hoplon).

hydrie : vase à trois anses (deux horizontales, une verticale) utilisé pour le transport de l'eau..

lécythe : vase de forme allongée, souvent utilisé pour l'huile parfumée et les offrandes.

oenochoé : carafe pour servir l'eau ou le vin.

péplos : tunique.

pétase : chapeau de voyage, à larges bords.

pilos : bonnet plus ou moins conique, porté entre autres par les marins, et parfois par Ulysse.

rinceau : motif décoratif en arabesque.

skyphos : gobelet à deux anses.

stamnos : récipient de grande capacité pour les liquides.

Anatomie d'un vase

Formes de vases rencontrées sur ce site : aryballe, coupe, cratère, hydrie, lécythe, oenochoé, skyphos, stamnos.

attributions : les vases grecs portent parfois la signature du potier ("Untel a façonné") et/ou du peintre ("Untel a peint"), mais le plus souvent, ces indications manquent. Néanmoins, à la suite de sir J. Beazley, les archéologues s'appuient sur les différences de style et de dessins pour identifier ces peintres auxquels ils donnent des noms conventionnels.

Nouveauté

Vous pouvez visiter le journal d'actualités : http://homerica.msh-alpes/wordpress

Site hébergé par http://www.msh-alpes.fr - @homerica - Evolution du site par l'Association Champollion (2011) - Affichage adapté sous Firefox 4