Université Stendhal MSH-alpes : Maison des Sciences de l'Homme CNRS

Le déchiffrement du mycénien par Alex Leukart

Images

Tablette (photo) Ta 641
Tablette (dessin) Ta 641, Ta 642, Ad 664 Ad 667

Notices

tr€pow/tr€pod-

Ce même mot est attesté en mycénien sur la célèbre tablette de Pylos Ta 641, dite 3Ú4des trépiedsã, sous les graphies ti-ri-po et ti-ri-po-de suivies de dessins (idéogrammes) de vases à trois pieds. Elles représentent, respectivement, le nom.sg.masc. /tripos/ et le nom.duel masc. /tripode/. Il s'agit, à l'origine, d'un composé possessif adjectif /tri-pod-/ 'ayant trois pieds', qui ensuite, substantivé, prend le sens de 'objet à trois pieds, trépied'.

Ces graphies ont fourni une confirmation décisive du déchiffrement du linéaire B, car elles n'ont été connues qu'en mai 1953, alors que la rédaction de l'article non moins célèbre Evidence for Greek Dialect in Mycenaean Archives contenant l'essentiel du déchiffrement pro-posé par Michael VENTRIS et John CHADWICK et destiné au volume de 1953 du Journal of Hellenic Studies avait été achevé en novembre 1952. Voir J.CHADWICK, Le déchiffrement du linéaire B (trad. Paris, 1972), pp.110 svv. et 122 svv. Comparer le cas parallèle de i-qo et o-no, /i(k)kwoi/ et /onoi/ Æ ·ppoi et ˆnoi, 'chevaux' et 'ânes' sur un fragment de tablette trouvé en 1955, ibid. p. 128 svv.; voir sous ·ppow.

·ppow

Myc. i-qo (KN Ca 895+) /i(k)kwos/. Sur les détails du phonétisme (voyelle i, manque d'aspiration, k géminé ou simple, formes indo-européennes apparentées comme lat. equus, skr. áßvas qui remontent à i.-e. *(H1)e"Éos, etc.), voir en dernier A.LEUKART in: J.-P.OLIVIER (éd.), Mykenaïka. Actes du IXe Colloque international sur les textes mycéniens et égéens, Athènes 1992, p. 396 svv. (pour la littérature antérieure, cf. DMic s.v., note 4).

Le fragment de gauche de la tablette KN Ca 895, trouvé au musée d'Iraklion par CHADWICK au printemps 1955, porte à la ligne 1 i-qo, à la ligne 2 o-no, les deux suivis au début du fragment principal de droite, connu depuis longtemps, par l'idéogramme du cheval (dessin de la tête et du cou) et celui — apparemment identique — de l'âne, respectivement, ces derniers étant suivis à leur tour par des chiffres supérieurs à deux. Les formes sont donc à lire /i(k)kwoi/ 'chevaux' et /onoi/ 'ânes' (pour ce dernier voir sous ˆnow). Ainsi, le fragment de gauche a apporté une confirmation supplémentaire du déchiffrement; voir J.CHADWICK, Le déchiffrement du linéaire B (trad. Paris, 1972), p. 128 svv. Comparer le cas parallèle et antérieur de ti-ri-po(-de) sous tr€pow/tr€pod-.

ˆnow

Myc. o-no (KN Ca 895.2; nom.pl.) /onoi/ 'ânes'. Sur la confirmation que cette forme a apporté au déchiffrement, voir sous ·ppow.

Le mot remonte à sumérien an"su 'âne', sans qu'on puisse démontrer l'évolution phonétique (éventuellement à travers *ono- < *onho- < *onso-, emprunté à une langue asianique??) ; cf. les formes divergeantes de lat. asinus et arm. <e"s (gén. i"soy), d'origine identique.

Nouveauté

Vous pouvez visiter le journal d'actualités : http://homerica.msh-alpes/wordpress

Site hébergé par http://www.msh-alpes.fr - @homerica - Evolution du site par l'Association Champollion (2011) - Affichage adapté sous Firefox 4