Université Stendhal MSH-alpes : Maison des Sciences de l'Homme CNRS

Les Tableaux tirés de l'Iliade - LIVRE IX

I - TABLEAU : Les députés d'Agamemnon et des principaux Grecs, précédés des hérauts, arrivent dans la tente d'Achille.

Ce héros joue de la lyre et Patrocle l'écoute ; l'un et l'autre sont désarmés. Quand Homère aurait écrit pour la peinture, il n'aurait pas indiqué autrement l'inaction d'Achille et le peu de part qu'il prenait à toutes les horreurs de la guerre. Cette lyre, en effet, ne peut laisser aucun doute, ni dans le récit, ni dans le tableau. Je ne connais point une plus belle allégorie que celle des prières ; on pourrait, absolument parlant, en faire un tableau ; mais il serait triste et peu piquant, et la peinture répondrait mal à l'esprit de la poésie.

L'épisode de Méléagre fournit quatre tableaux qui méritent d'être traités ; si l'on trouve qu'ils interrompent trop le fil du poème, on peut ne les point exécuter, ou plutôt on pourrait rassembler les épisodes à la fin de chaque poème, non seulement pour rendre la justice que mérite l'imagination du poète, mais pour conserver à la peinture toutes ses richesses.


II - TABLEAU : Diane dans le ciel, assise sur un trône d'or à côté de celui de Jupiter.

La déesse animée parle avec action. On voit un combat sur terre entre les Curétes et les Etoliens. Les représentations de ce genre ne demandent que la plus simple indication ; on ne les place ordinairement que prouver l'exactitude ; et les dieux qui voient de l'esprit, n'ont pas besoin, dans ces occasions, d'avoir toujours les yeux sur l'objet dont ils s'entretiennent.


III - TABLEAU : Méléagre accompagné d'un grand nombre de chasseurs.

Et dans l'action que l'ardeur de la chasse à coutume d'inspirer ; Méléagre, dis-je, tue le terrible sanglier. Cette action est la seule contrainte de l'artiste ; tout le reste est à sa disposition.


IV - TABEAU : Méléagre mécontent, retiré dans une chambre de son palais, ne veut prendre aucun parti dans la guerre.

Son père, c'est à dire un vieillard, lui présente des armes ; sa mère joint ses larmes aux prières de son mari : on doit distinguer ses refus. La peinture nous présente plusieurs moyens pour les exprimer. Ces parties de l'esprit ont souvent leurs difficultés, mais elles donnent du ressort au génie ; elles sont dans la nature, et la recherche des expressions et l'étude la plus flatteuse d'un artiste.


V - TABLEAU : La belle Cléopâtre, femme de Méléagre, aux pieds de ce héros.

Elle pleure ; elle le presse et le touche ; il prend ses armes. Cet épisode serait d'autant plus agréable à traiter seul pour la décoration d'un cabinet, que la fin de l'action prouve le pouvoir d'une femme aimée, qui l'emporte ordinairement sur toutes les autres considérations : cette action conduit encore l'esprit au bonheur d'être attaché à une femme vertueuse ; elle n'exige que le juste et l'honnête. Que de maux arriveront encore pour des raisons contraires !

Nouveauté

Vous pouvez visiter le journal d'actualités : http://homerica.msh-alpes/wordpress

Site hébergé par http://www.msh-alpes.fr - @homerica - Evolution du site par l'Association Champollion (2011) - Affichage adapté sous Firefox 4