Université Stendhal MSH-alpes : Maison des Sciences de l'Homme CNRS

Troie, riche en or

" Jadis, quand ils parlaient de la cité du roi Priam, tous les mortels disaient qu'elle était riche en or, en bronze. Mais où sont aujourd'hui les beaux trésors de nos palais ? Vendus à la Phrygie et à l'aimable Méonie… " (Iliade 18, 288ff), c'est ainsi que parle Hector, déplorant la ruine de la ville entrant dans sa dixième année de guerre. Homère esquisse ainsi un fait fondamental d'histoire économique : les situations politiques changent, les centres se déplacent, mais la région située autour des détroits entre l'Europe et l'Asie reste un point dominant pour la vente de l'or. À l'époque du Bronze ancien, il existe une très forte relation entre les bijoux et le capital : les 18 trésors découverts dans Troie II contenaient, outre des récipients et des lingots de métal précieux, de nombreux bijoux uniformisés et facilement convertibles, comme les fameuses " boucles de cheveux " (1). L'idée de créer une monnaie émerge, et sa réalisation aura lieu aux VIIIe et VIIe siècle av. J.-C. : Homère parle de " talents " qui ont été pesés. Milet, la principale cité de la colonisation autour de la Mer Noire, bat une monnaie faite de pièces précisément ajustées qui ne comportent tout d'abord aucune image et qui possèdent leur propre étalon (2). D'autres villes et d'autres princes suivent l'exemple. Alexandre le Grand visite et soutient la nouvelle ville Ilion, et son successeur Lysimaque fait mettre son portrait sur les pièces en or (3), où la déesse de la cité, Athéna, trône sur le revers (4). Ce sont ensuite les empereurs romains qui développent la ville, mais déplacent provisoirement le centre d'estampage de l'or vers l'Ouest (5) : le Palladium, gage du pouvoir, se trouve désormais entre les mains de Rome (6). Cependant, depuis Constantin le Grand, l'or provient de nouveau de Byzance, qui succéda à Troie, et ce pour mil

1 " Boucle de cheveux " en or, 3,27 g., 13 mm : IIIe s. av. J.-C. – Donation, extension à Istanbul, Inv. 85.179. Voir Dörpfeld, Troie et Ilion S. 352, supplément 43, V.
2 Premier type de pièces en électrum milésiennes. Deux statères 1/24 – et un statère 1/48 0,57 0,52 0,30 g, 4 respectivement 5 mm : VIIe s. av. J.-C. – Fondation universitaire, SNG Tübingen 2733-2735.
3 Statère en or de Lysimaque de Thrace, monnaie frappée en 297-282 av. J.-C. dans la région des détroits, 8,40 g, 20 mm ; avers : portrait d'Alexandre le Grand – Fondation Josef Eberle, voir M. Thompson Nr. 69 (Abydos).
4 Même pièce, revers : Athéna trônant avec l'égide, la lance et la Victoire.
5 Auréus d'Antonin le Pieux, Rome 145/161 apr. J.-C., 7,48, 19 mm : avers : portrait de l'empereur. – Fondation Karl von Schäffer, RIC 147.
6 Même pièce, revers : Rome trônant avec le Palladium, le bouclier et la lance.

Nouveauté

Vous pouvez visiter le journal d'actualités : http://homerica.msh-alpes/wordpress

Site hébergé par http://www.msh-alpes.fr - @homerica - Evolution du site par l'Association Champollion (2011) - Affichage adapté sous Firefox 4