Université Stendhal MSH-alpes : Maison des Sciences de l'Homme CNRS

Antoine Meillet et Marcel Jousse

Antoine Meillet Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, Tome 26 Fascicule 3 N° 80 1925 p. 5

Marcel Jousse - Etudes de psychologie linguistique. Le style oral, rythmique et mnémotechnique chez les verbo-moteurs. Paris (Beauchesne), 1925, in-8 (vii-)241 p. (Archives de philosophie, II, 4).

En épigraphe de son livre, M. Jousse reproduit la formule de Saussure que " la langue est un système de signes exprimant des idées ". Cette formule est juste, et pourtant elle égare le lecteur ; car elle donne à croire à bien des gens que, les éléments de la langue sont des signes comparables à ceux de l'algèbre. Or, ce sont des éléments employés par des êtres vivants pour qui rien n'est représentation pure, et pour qui tout dans la parole est pénétré d'émotion et d'action. Et c'est le mérite du livre de M. Jousse que de présenter le langage comme un ensemble de mouvements groupés suivant des rythmes.
Le progrès le plus décisif qu'ait fait, depuis quelques années, la linguistique générale a consisté en ceci que la langue a cessé d'apparaître comme un simple système de signes intellectuels pour être considérée comme un ensemble de forces agissantes. Ceci pour la sémantique.
Au point de vue phonique le langage naturel - on fait abstraction ici du parler des civilisés, qui tend à se dépouiller de ses éléments musicaux et rythmiques - comporte un jeu riche et varié de variations de hauteur, de durée, d'intensité, et tout cela réglé d'une manière souple de manière à garder une harmonie.
Les organismes vivants sont des transformateurs d'énergie, a dit M. Bergson que cite M. Jousse ; et dans ce livre, le langage est placé parmi les transformations d'énergie qui ont lieu chez les êtres vivants.
Le livre de M. Jousse pose la question plus qu'il ne la résout ; il renferme souvent des citations - il en est encombré - au lieu des formules de l'auteur ; il arrive brusquement à des conclusions sur des textes particuliers ; ces conclusions demandent à être examinées en détail, confrontées avec des faits positifs, et il y aurait eu avantage à prendre pour exemple des textes dont la date serait fixée par des données objectives plutôt que des documents sur lesquels se sont élevées déjà des discussions infinies. Mais tout ceci n'est pas l'essentiel de l'ouvrage. Ce qu'il faut retenir, c'est la façon dont M. Jousse situe la récitation parmi les gesticulations et dont il présente le balancement rythmique de la phrase récitée comme un fait naturel, nécessaire. La mémoire, qui, chez le récitant non civilisé, a une puissance dont le civilisé habitué à l'écriture n'a pas idée, trouve son compte à ce balancement.Quoiqu'on puisse penser de telle ou telle conclusion de détail, qui est chose accessoire, le mémoire de M. Jousse ouvre une série de recherche qui permettront de voir d'une manière plus réelle qu'on ne faisait l'élément rythmique du langage.

Haun SAUSSY, professeur de littérature comparée, Stanford University.

Le Style oral de Marcel Jousse (version 1925) est disponible en ligne.

Nouveauté

Vous pouvez visiter le journal d'actualités : http://homerica.msh-alpes/wordpress

Site hébergé par http://www.msh-alpes.fr - @homerica - Evolution du site par l'Association Champollion (2011) - Affichage adapté sous Firefox 4