Appel à communication sur l’œuvre de John M. Foley

Chères et chers collègues et ami(e)s,

 Les deux numéros d’hommage à John Miles Foley dans la revue qu’il a fondée, Oral Tradition, ont été publiés en 2011 et 2012 comme Festschrift à l’occasion de sa retraite, mais son décès en mai 2012 en a fait un hommage In memoriam (voir http://journal.oraltradition.org/issues/list?id=55#55).

John Foley est venu à Grenoble à plusieurs reprises (table ronde homerica, colloque Milman Parry, colloque La Mythologie et l’Odyssée) et sa personnalité très attachante s’ajoutant à la qualité de son œuvre de chercheur lui ont conquis les esprits et les cœurs.  Nous voudrions témoigner de son influence durable avec la publication d’une livraison du Recueil ouvert du Projet Épopée, qui dégagera l’originalité de son apport à la théorie de l’épopée et les prolongements que nous lui donnons les uns et les autres.

Depuis 2015, le Projet Épopée (http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/) fournit aux chercheurs des outils comparatistes pour l’étude de l’épopée ancienne ou moderne envisagée non pas en tant que série de textes ou de traditions particuliers mais bien en tant que genre, qui perdure et se renouvelle. À côté d’une Bibliographie de six cents titres en six langues, le Recueil ouvert est ainsi une plateforme de publication où les volumes successifs constituent peu à peu cinq livres distincts. Théories novatrices, États des lieux de la recherche dans le monde, Présentations de thèses et de projets en cours voisinent avec l’exploration des marges et des problèmes de définition du genre. Une livraison centrée sur le travail pionnier et constamment original de Foley aurait toute sa place à côté des dossiers déjà traités ou à venir (“Extension de la pensée épique”, “Épopées et guerres coloniales : histoires connectées” ; “Auralité: changer l’auditoire, changer l’épopée”…).

Nous envisageons une publication en 2021, et donc une remise des articles fin février 2021. Nous aimerions recevoir les propositions avant septembre 2020.

Florence Goyet  et  Françoise Létoublon

Le colloque Orality & Literacy qui s’est tenu récemment à l’université d’Austin (Texas) nous a mises en contact avec des chercheurs susceptibles d’être intéressés auxquels nous sommes heureuses de présenter le Projet épopée et le Recueil ouvert :

http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/

Publié dans activités, appel à communication, projet en cours, publications | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Appel à communication sur l’œuvre de John M. Foley

Call for communication on John M. Foley’s œuvre

Dear colleagues and friends,

The two homage to John Miles Foley in the magazine he founded, Oral Tradition, were published in 2011 and 2012 as Festschrift on the occasion of his retirement, but his death in May 2012 paid tribute In memoriam (see  

http://journal.oraltradition.org/issues/list?id=55#55

http://journal.oraltradition.org/issues/list?id=55#55

Yet it seems to us that all the contributions found there do not exhaust the richness of his work.

John Foley came in Grenoble repeatedly (roundtable Homerica, Milman Parry conference, symposium Mythology and Odyssey) and his very engaging personality in addition to the quality of its researcher works have won him the hearts and minds . We would like to testify to his lasting influence with the publication of a delivery of the Epopée Project’s open collection, which will reveal the originality of his contribution to the theory of the epic and its extensions.

Since 2015, the Epic Project (http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/) provides researchers with comparative tools for the study of the ancient or modern epic envisaged not as a series of particular texts or traditions, but as a genre that endures and renews itself. Next to a bibliography of six hundred titles in six languages, the Open Source is thus a publishing platform where successive volumes gradually constitute five separate books. Innovative theories, state of the art research places in the world, presentations of theses and current projects are close to the exploration of margins and problems of definition of gender. A delivery centered on the pioneering and constantly original Foley’s work would have its place alongside the already processed records or future ( « Extension of epic thought », »Epics and colonial wars: stories connected »; « Aurality: change the audience, change the epic « …).

We envisage a publication in 2021, and thus a discount of the articles at the end of December 2020. We would like to receive the proposals before September 2020.

The recently held Orality & Literacy Symposium at the University of Austin, Texas, put us in touch with potentially interested researchers to whom we are pleased to present the Epic Project and the Open Source Recueil:
http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/








Publié dans Non classé | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur Call for communication on John M. Foley’s œuvre

Humanités numériques

Journée d’étude
le 24 septembre 2019
9h30 – 18h00

L’objectif global de cette journée, co-organisée par ÉCRIRE, est de se demander de quelle manière et dans quelle mesure les approches numériques peuvent nourrir l’analyse du texte littéraire traduit, ou même ouvrir à celle-ci de nouvelles voies.On s’intéressera en particulier à l’édition numérique de corpus de versions parallèles, à l’exploitation de l’alignement automatique des traductions, aux perspectives qu’ouvre le traitement automatique de la langue (notamment par l’intermédiaire de la linguistique de corpus). On interrogera, plus globalement, l’édition numérique comme support spécifique de l’analyse (stylistique, historique, littéraire, linguistique) des traductions et de celle comparative (traductologique) entre le texte original et les différentes versions.

Sur le plan disciplinaire, cette journée se situe à l’articulation de trois champs : les études littéraires, la traductologie et la linguistique (TAL).

La journée s’ouvrira par une présentation de quelques projets de l’UMR Litt&Arts étudiant des corpus traduits et mobilisant les humanités numériques : « HomERe », Christiane Louette et Agathe Salha ; « Épreuves de l’étranger (projet Macé) », Filippo Fonio, Emanuela Nanni, Pascale Roux ; « Traduire Aristophane en France », Malika Bastin-Hammou.

> Cette journée d’étude est organisée dans le cadre du programme « Poétique et stylistique du texte traduit » (UMR Litt&Arts, Université Grenoble Alpes). Une autre est prévue le 24 octobre 2019, « Traduction et performance ». Ces journées font suite à une expérimentation de traduction et rétrotraduction avec Gérard Macé : l’intégralité du corpus est en ligne sur les sites de L’Ouvroir et de ELAN.e

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––


Julie Ridard
Chargée de communication, édition, organisation de manifestations
UMR 5316 Litt&Arts – Université Grenoble Alpes
Bureau B323 (absente le mercredi)
04 76 82 41 47
http://litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/

Publié dans activités, colloques et séminaires | Commentaires fermés sur Humanités numériques

L’Odyssée au festival d’Avignon

Expérience théâtrale inspirée par Homère, dans la traduction de Philippe Jaccottet. Mise en scène de Christiane Jatahy. Voir Le Monde du 9 juillet 2019, article de Brigitte Salino :

« O agora que demora. Le Présent qui déborde – Notre Odyssée II », d’après Homère, mise en scène par Christiane Jatahy. Christophe Raynaud de Lage

On a vu des gens danser dans les gradins, avec un plaisir fou, puis imiter le bruit de la pluie, en tapant d’un doigt dans la paume de la main, puis se lever, comme un seul homme, pour applaudir à tout rompre, quand tout fut fini. C’était à une représentation de O agora que demora (Le Présent qui déborde, Notre Odyssée II), le spectacle de Christiane Jatahy qui triomphe au Festival. Non sans raison : il a tout pour plaire dans le contexte d’aujourd’hui.

D’abord, et c’est essentiel de le préciser, ce n’est pas du théâtre, ou alors une forme nouvelle, liée à l’évolution des arts de la scène et aux attentes renouvelées d’une partie du public. Depuis qu’elle a commencé à faire des spectacles, au début des années 2000, la Brésilienne née en 1968, a toujours cherché à « découvrir de nouveaux territoires », comme elle nous l’expliquait en 2016. Soit à « travailler sur les frontières entre l’acteur et le personnage, l’acteur et le spectateur, le cinéma et le théâtre, la réalité et la fiction ».

Avec Le Présent qui déborde, Christiane Jatahy arrive au bout de la démarche. Elle abolit les frontières de la scène, pour parler des frontières du globe. Ce que les spectateurs voient, au gymnase du lycée Aubanel, ce n’est pas une pièce, mais un film, projeté sur un grand écran. Ce à quoi ils assistent, c’est une expérience, de nature à les confronter à une vision du monde, et à leur place dans ce monde. Ce qu’on leur demande, et qu’ils acceptent, c’est de participer.

« Une odyssée réelle »

Vous direz que la participation est une vieille lune, et qu’elle revient régulièrement sur les scènes, avec plus ou moins de force. C’est un fait. Un autre est de constater la forme qu’elle prend aujourd’hui, à l’heure de l’interactivité, des réseaux sociaux, du flux ininterrompu d’informations et du chahut intime et solitaire qu’ils génèrent. Les gens ont envie de se retrouver ensemble, et de partager, voire de communier, comme ils le font avec Christiane Jatahy.

Il n’y a aucune critique à opposer à cette démarche. Le constat suffit. Ceux qui aiment le théâtre de texte incarné ne prendront pas le train de Notre Odyssée II. Les autres vivront un moment dont ils se souviendront sûrement. Ils n’oublieront pas Christiane Jatahy, dans sa longue robe noire, venue leur annoncer le mode d’emploi de la soirée, dans un joli français hésitant : « Bonjour. Ce travail a été créé à partir de l’Odyssée d’Homère. Nous avons pensé à quelques endroits où des gens vivent une odyssée réelle… »

Ces endroits, ce sont la Palestine, le Liban, la Grèce, l’Afrique du Sud et le Brésil, qui occupe une place à part, beaucoup plus personnelle, liée à l’histoire de Christiane Jatahy. Dans les autres pays, la Brésilienne et son équipe ont rencontré et filmé des Ulysse d’aujourd’hui, pour qui chaque jour est une odyssée, parce que le présent, lié à l’exil ou à la guerre, les prive d’une Ithaque – une terre ou une maison où ils seraient chez eux. C’est en ce sens que leur présent « déborde » : il occupe tout.

Le plein air dans toute sa splendeur

Mais, comme il n’y a pas d’Ulysse sans Pénélope, Christiane Jatahy a également filmé dans chaque pays des acteurs les jouant. La plupart sont au gymnase Aubanel, mêlés aux spectateurs. Ce sont eux qui entraînent le public. On les voit donc à l’écran, où ils jouent certains passages-clés de l’Odyssée, et dans la salle. Ainsi se nouent des fils entre ailleurs et ici, hier et aujourd’hui. Ainsi se déroule une Odyssée bien filmée, qui a le mérite de ne pas juger – en particulier sur le djihadisme –, et l’inconvénient de ne pas diviser, – par le consensus qu’elle induit.

Christiane Jatahy abolit les frontières de la scène, pour parler des frontières du globe

Nous ne parlerons pas de la fin, qui voit Christiane Jatahy aller en Amazonie, là où est mort son grand-père, dans le crash trouble d’un avion. Cette fin relève d’une sentimentalité en accord avec l’espoir que la représentation du monde peut sauver le monde, espoir qui traverse Le Présent qui déborde. Naïveté, ou utopie ? A chaque spectateur de trancher, selon son histoire, et ses odyssées intérieures. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Festival d’Avignon, Christiane Jatahy présente son odyssée intérieure

« Dès que parut l’aurore aux doigts de rose… » : qui n’a pas rêvé sur ces mots d’Homère, que l’on entend dans le spectacle, et que l’on entend aussi dans une autre Odyssée, racontée tous les matins à midi dans le jardin de la bibliothèque Ceccano ? Là, c’est le plein air dans toute sa splendeur, et sa chaleur, qui donne le ton. Comme chaque année, un feuilleton est proposé au public, gratuitement. Celui de cette 73e édition fait écho aux nombreuses odyssées qui émaillent le Festival. Dirigé par Blandine Savetier, il réunit une trentaine d’amateurs de la région d’Avignon et des professionnels. Quatre de ces derniers ont participé au programme Premier Acte, qui permet à des jeunes « issus de la diversité culturelle » – comme on le dit en attendant mieux – d’acquérir une formation professionnelle.

Enfance de l’art

Il y a treize épisodes dans le feuilleton, qui court jusqu’au 20 juillet et a commencé le 6. Et il y a, ô merveille des merveilles, la traduction de Philippe Jaccottet. Comme toujours, le dispositif est simple : un tréteau, des micros devant, des chaises au fond. Sur le côté, une percussionniste japonaise, Yuko Oshima. Les comédiens et les amateurs se passent le relais. Souvent texte en main, ils font entendre ce qui introduit l’Odyssée : Zeus, Athéna, Télémaque et Pénélope à Ithaque.

On ne vient pas au jardin de la bibliothèque Ceccano comme ailleurs, à Avignon : ici, c’est une enfance de l’art qui se joue, avec ses maladresses. Mais on s’en moque : sous la beauté du ciel, des murs ocre et des platanes, on est comme sur la place d’un village où le désir de théâtre consiste à se rassembler, pour écouter l’histoire d’Ulysse. Et la poésie de Philippe Jaccottet.

Odyssée, d’Homère, mise en scène par Blandine Savetier. Jardin de la bibliothèque Ceccano, à midi, entrée gratuite. Jusqu’au 20 juillet (relâche le 14). Durée : 1 heure. O agora que demora. Le Présent qui déborde – Notre Odyssée II, d’après Homère, mise en scène par Christiane Jatahy. gymnase du lycée Aubanel, Jusqu’au 12 juillet, à 18 heures (le 12, à 15 heures). Durée : 2 h 30. De 10 € à 30 €.

Brigitte Salino (Avignon, envoyée spéciale)


Recherche


Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur L’Odyssée au festival d’Avignon

Jeu sur la Guerre de Troie: message reçu par l’intermédiaire de l’APLAES

Un jeu pointu sur la guerre de Troie !

« Défenseurs de Troie » est le jeu le plus thématique jamais réalisé sur l’épopée troyenne, fruit de 5 années de travail. Il est fait pour les passionnés de mythologie grecque et les plus fins connaisseurs y retrouveront des milliers de détails issus des sources antiques.

Ce projet à but non lucratif n’a pas encore atteint sa forme finale et nous essayons notamment :

  • d’obtenir un maximum de retours de la part du monde des passionnés de l’antiquité gréco-romaine ;
  • de trouver des mécènes pour garantir une rémunération minimale aux illustrateurs ;
  • et, surtout, de recruter des personnes pour compléter notre petite équipe.
    Si vous êtes passionnés par l’épopée troyenne, contactez-nous que nous puissions vous présenter notre création.

Yann Moreau
01 74 80 61 01
Doryclos@gmail.com

Publié dans activités, jeu | Commentaires fermés sur Jeu sur la Guerre de Troie: message reçu par l’intermédiaire de l’APLAES

Les grands mythes

émission de François Busnel sur Arte, le dimanche 12 mai à 13 h. 20

à télécharger sur http://www.filmon.com/tvguide/arte-francais

Thésée ou les ravages de l’oubli

Prométhée le révolté de l’Olympe

Dédale et Icare, le rêve éclaté

Amusant et joli à regarder, sans grande exigence sur l’utilisation de l’iconographie ni sur les sources littéraires 


Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Les grands mythes

Orality and Literacy XIII:


Orality and Literacy in the Ancient World XIII
hosted by the Department of Classics
University of Texas at Austin
March 27-31, 2019

“Orality and Literacy:  Repetition”

Complete schedule of papers and conference events

Keynote address: Wed. 27 March at 7:30 p.m.
Ruth Scodel, University of Michigan
“Reperformance, Writing, and the Boundaries of Literature”


Berlin painter, c. 490 BCE
Image credit: Metropolitan Museum of Art (Fletcher Fund, 1956; accession number 56.171.38)

Publié dans activités, colloques et séminaires, Non classé | Commentaires fermés sur Orality and Literacy XIII:

Journée de culture antique le 15 mars 2019 à Grenoble

L’UFR  LLASIC de l’Université de Grenoble Alpes et Litt&Arts TRANSLATIO organisent la 11èmeJournée de Culture Antique Vendredi 15 mars 2019, Amphi 3  bât. Stendhalsur le programme des concours d’entrée des ENSLe temps — Les dieux et les hommesContact : Laurence Vianès  < Laurence.Vianes@univ-grenoble-alpes.fr> Le temps

10h       Anaïs TILLIER (UGA) : Le temps de l’épopée dans les dramaturgies françaises contemporaines

11h15   Alexia DEDIEU (UGA) : Le temps dans les tragédies d’Euripide 

Les dieux et les hommes

14h       Françoise LéTOUBLON (UGA) : Les dieux et les hommes chez Homère

15h15   Gabriele MARTINA (UGA) : La divinisation des femmes de la dynastie julio-claudienne et leur culte.                16h15 : Fin de la journée d’études 

 

Publié dans activités, colloques et séminaires | Commentaires fermés sur Journée de culture antique le 15 mars 2019 à Grenoble

Atelier des poètes à Lyon- Séance exceptionnelle 15 février

Nous recevrons Vendredi 15 février le metteur en scène Thomas Jolly à
l’occasion des représentations du Thyeste de Sénèque au théâtre des
Célestins.
La rencontre aura lieu exceptionnellement au Grand Amphi de Lyon 2  de 14 à 16h (entrée par le 18 quai C. Bernard).
Cordialement, Pascale Brillet-Dubois et Pascale Paré-Rey – Laboratoire HiSoMA: http://www.hisoma.mom.fr/

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Atelier des poètes à Lyon- Séance exceptionnelle 15 février

exposition Homère au Louvre-Lens

Du 27 mars au 22 juillet, le Louvre-Lens propose une exposition consacrée à Homère, « la plus grande (…) jamais organisée en France » à ce jour. Vous trouverez tous les renseignements nécessaires et le descriptifs dans les pièces jointes ci-après et sur la page du musée : https://www.louvrelens.fr/les-expositions/.
Commissariat : Alexandre Farnoux, directeur de l’École française d’Athènes, Alain Jaubert, écrivain, Luc Piralla, directeur adjoint du musée du Louvre-Lens, Vincent Pomarède, administrateur général adjoint du Louvre, assistés d’Alexandre Estaquet-Legrand.



Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur exposition Homère au Louvre-Lens